Ce mercredi 13 avril, se tenait à Arvant en Haute Loire une conférence de presse réunissant trois associations de défense des lignes ferroviaires du Massif Central (le comité pluraliste, l’association des élus pour la défense du Cévenol et de la ligne des Cévennes, le collectif citoyen indépendant des Usagers des Transports du Haut Allier). L’objectif était de sensibiliser les pouvoirs publics à la préservation des lignes Trains d’Equilibre du Territoire (TET) de l’Aubrac et des Cévennes. Le député de la Lozère, Pierre Morel à l’Huissier, a participé à cette manifestation, il déclare : « Il est clair que pour la SNCF, ces lignes ne sont pas une priorité car déficitaires. On peut d’ailleurs s’interroger sur l’origine des difficultés d’exploitation lorsque l’on sait que la SNCF ne fait pas grand effort pour sauvegarder les guichets et les services afférents. En réalité, elle considère que ces lignes sont de la responsabilité de l’Etat et ne continuera à les exploiter que si l’Etat finance. En 2009, nous avions décidé que l’Etat attribuerait une dotation pour maintenir ces deux lignes nationales au titre des TET dans un esprit de solidarité et de désenclavement territorial. J’observe aujourd’hui que, le Secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, ne cesse de dire que ce dispositif coûte cher et que la fréquentation est en baisse. L’objectif dissimulé du Gouvernement est de fermer ces deux lignes. Je ne me résous pas à cette issue.

J’en ai fait part à Alain Vidalies, au député Philippe Duron qui était chargé d’une mission à ce sujet, et prochainement au Préfet François Philizot, préfet chargé d’une mission de concertation avec les territoires pour la définition d’une nouvelle offre des TET. Je suis inquiet, mais déterminé. »

2016-04-16 Arvant Défense lignes ferroviaires